Marseigne

18 janvier 2020

21 août 1944 en Val de Besbre

Le faubourg de Marseigne, au croisement des routes de Varennes sur Allier, Jaligny, Dompierre-sur-Besbre et Lapalisse, a connu, le 21 août 1944, un déchaînement de violence. La proximité de maquis dans ce secteur densément occupé par les troupes allemandes a favorisé le déclenchement des événements dramatiques de cette fin août 44, au moment même où l’envahisseur, pressé par l’avancée des Alliés et le harcèlement des FFI, battait en retraite.

Les Allemands dans la forêt de Jaligny.

   Mettant à profit l’épaisseur des frondaisons de cette vaste chênaie, les Allemands avaient installé un important dépôt de munitions, protégé par une troupe bien équipée. Les obus empilés formaient des pyramides impressionnantes, et des guetteurs signalaient chaque survol d’avion à leur poste de commandement à Pougues-les-Eaux par liaison radio. Monsieur Jean Billaud habitait avec ses parents « aux Paillots », à proximité de ce dépôt : « Un jour, des Allemands sont arrivés chez nous. Ils ont tué un cochon et l’ont chargé dans un side-car, puis ils sont repartis aussitôt. »

    Lorsque les Allemands ont dû quitter les lieux, ils projetaient de faire sauter les « pyramides d’obus », en les reliant avec des mèches ; l’interprète qu’ils avaient réquisitionné parvint, la nuit précédant le départ, à couper la plupart des mises à feu, mais les explosions furent quand même terribles, des trous profonds en sont aujourd’hui encore la marque dans le paysage.

Représailles à Marseigne.

   Cette présence allemande était connue des maquisards des environs. L’un d’eux, de Montaiguët-en-Forez, s’aventura avec quelques camarades dans la forêt proche de Tréteau le 21 août 1944, tomba sur un Allemand en faction, et le tua, c’était le cuisinier de la troupe. Immédiatement, une expédition punitive fut lancée par les Allemands pour le venger. Une troupe de soldats du 18ème Bataillon partit à la recherche du coupable dans le secteur environnant, d’abord à Thionne, puis descendit sur le faubourg de Marseigne, proche de Jaligny, arrêtant les passants et les habitants du lieu qui ‘avaient pas tous eu le temps de se cacher. Ils les regroupèrent dans le « Restaurant des Quatre-Routes », tenu par Madame Cantat. Cette dernière, âgée alors de 68 ans, monta se cacher à l’étage, derrière un rideau de sa chambre. Un Allemand la suivit, la saisit par les cheveux et lui tira à bout portant une balle dans le bras. Grièvement blessée, il fallut l’amputer par la suite. Prévenu de ce qui se passait à Marseigne, le docteur DOM  de Jaligny, accourut pour porter secours aux blessés, malgré les balles qui fusaient de toutes parts. En effet, la situation s’était brusquement compliquée.

 L’accrochage avec des maquisards.

     Dans la région de Dompierre-sur-Besbre, Le Donjon, Montcombroux, plusieurs maquis s’étaient formés, regroupant des combattants et des réfractaires STO. Les mines de charbon offraient une couverture efficace, et le bocage favorisait la discrétion de l’implantation. Monsieur Tillet se souvient que le domaine de ses parents, un grand bâtiment de briques initialement prévu pour abriter une gendarmerie, était un point de refuge et de ravitaillement pour les résistants du coin.

Ce 21 août 1944, un groupe appartenant à la Compagnie FTPF 1218 du camp « Guy Mocquet », dirigé par le docteur Pierre Cluzel puis par Jacques Goyard, revenait d’une expédition au château de Vaumas, et se dirigeait vers Sorbier pour y récupérer des armes récemment parachutées . Ils étaient douze, à bord de deux Citroën, ornées de fanions tricolores. Arrivés au carrefour de Marseigne, bien qu’ayant été prévenus juste avant par un habitant leur faisant signe de ne plus avancer, ils furent immédiatement pris sous le feu des mitrailleuses allemandes : les occupants de la première voiture   immobilisée par un jet de grenades, furent tous tués :  François TALON, Henri MELON, Roger RIGONDET, Claude CUISSINAT, Jules BLASSE et Léon MARY. Les passagers de la deuxième voiture eurent le temps de descendre et de riposter, tuant un lieutenant et un soldat ennemis. Ils réussirent à s’enfuir.  Les SS défigurèrent à coups de crosse les Résistants abattus, brûlèrent les deux véhicules et laissèrent les otages dans le désarroi. Les corps des malheureux furent transportés à la mairie et inhumés au cimetière. Sans doute l’arrivée impromptue des maquisards et la tuerie qui s’en suivit évita-t-elle un sort plus tragique encore à la population de Jaligny.

La mort tragique de Paulette Michelet.

    Quelques jours plus tard, le 5 septembre, sur la route qui mène à Lapalisse, la jeune Paulette Michelet, elle avait alors seulement quatorze ans, fut tuée accidentellement d’un coup de fusil par un soldat FFI qui nettoyait son arme. Celui-ci, rongé par le remord se suicida peu de temps après l’accident. On dit à Jaligny que le casque placé près du monument aux morts lui appartenait.

Le lourd tribut payé par le secteur du Donjon-Jaligny-Dompierre.

    Depuis l’automne 1943, des maquis se constituent dans la région de Dompierre. De plus en plus nombreux, jusqu’à une centaine d’hommes à la Libération, ces groupes effectuent surtout des sabotages de voies de communication, destructions de voies ferrées provoquant des déraillements de trains (pont du canal entre Dompierre et Diou, au lieu-dit « Champcoulon, entre Dompierre et Thiel, le 21 septembre entre Thiel et Montbeugny, au « Ternat » entre Dompierre et Diou, au pont des « Millets » entre Dompierre et Thiel) , dynamitages de l’écluse de Sept-Fonds ; ceci dans le but de ne laisser aucun répit à l’ennemi et rendre le plus difficile possible, le retrait des troupes allemandes vers le nord-est.

   La Gestapo et les troupes allemandes ne restent pas sans réaction et effectuent des rafles (hiver 43-44, 17 mai 44) , procèdent à des arrestations et exécutions en représailles à ces actions :

   -cinq maquisards fusillés à Beaulon le 17 novembre 1943. (Henri Talpin, Henri Peigues, Marius Buissonnière, Jean Vignolle, Jean-Marie Neuville).

   -six hommes fusillés à Gannay le 3 décembre 1943. (Jean Roy, Maurice et Marcel Gaillard, Jean Chevalier, Jean-Marie

Faure, François Veillerot).

   -deux à Diou le 1er juillet 1944. (Jean Plaidit et Le Bourlou.)

   -André Bresson, capturé, torturé et déporté meurt des suites de ces sévices.

   -le 2 août 1944, l’Alsacien Brechtel est tué à Saint-Didier-en-Donjon.

    Le bilan de ces actions et des victimes de la répression qui s’en suivit illustre la tactique choisie dans ce secteur du département notamment par les maquis FTPF, consistant à harceler l’ennemi sans relâche, actions menées par de petits groupes très mobiles et dispersés dans les forêts et les campagnes avoisinantes et bénéficiant le plus souvent de l’aide des populations locales. Ces actions eurent sans aucun doute un effet sur le repli des troupes allemandes en les retardant ou les désorganisant, et sur le moral de ces mêmes troupes, constamment harcelées et sur le qui-vive. La répression fut impitoyable, les stèles, plaques et monuments en sont les froids témoins silencieux mais évocateurs d’un combat juste et nécessaire.